A bord d’un tracteur : comment sécuriser son poste de travail ?

La sécurité à bord d’un tracteur concourt non seulement à finir son travail sans rencontrer les risques liés à l’activité, mais à se sentir bien dans la réalisation de ses tâches. S’assurer d’en disposer constamment consiste alors à s’armer d’équipements nécessaires. Bien que cette opération requière de l’habileté, être à jour avec les nouvelles technologies dans le domaine est utile pour se familiariser avec les machines dernier cri.

Pourvoir d’un équipement de protection individuelle pour éviter tous risques

Un tracteur va toujours de pair avec les travaux d’exploitation, il est utilisé dans le remorquage des outils et machines agricoles s’il ne supporte pas en avant de pareils instruments. Certaines pièces rotatives réclament aussi son usage, une situation qui demande de fait le port de vêtements adéquats pour éviter tout happement. Le code de travail exige en effet des combinaisons, des gants de manutention outre les lunettes de protection et les chaussures, sans oublier la ceinture lombaire et les casques auditifs, selon l’article R4323-16. Si un masque contre les poussières labélisées FFP2 est obligatoire lors d’exposition à un fort empoussièrement, mettre d’autres équipements destinés à prévenir contre les effets phytosanitaires l’est aussi lors de ces traitements.

Se former, pour avoir le savoir-faire approprié à toutes les éventualités

Une multitude de tâches accompagnent la conduite d’un tracteur, dont l’attelage, par exemple, laquelle revendiquent une technique bien précise par rapport à la charge outre l’équilibrage de la masse entre autres. Ces adresses sont des ressorts des formations dont le conducteur a suivi en plus du certificat d’aptitude de conduite qu’il doit détenir pour pouvoir assurer cette fonction. Ces adresses sont des ressorts des formations dont le conducteur a suivi, pourtant elles doivent être conformes aux contraintes de son poste, donc complètes et adaptées à chaque besoin nouveau. Il faut par conséquent se référer au Code de travail relatif à la formation et sur l’autorisation de conduite en ce qui concerne ces équipements de levage pour être conforme.

Bien choisir ses engins, pour le confort de conduire l’engin

Si un tracteur passe généralement par une route avant d’arriver au champ d’exploitation, une conjoncture qui nécessite pour le conducteur un permis de conduire relatif au poids total autorisé en charge, ce « machiniste » mérite aussi des agréments. Puisqu’il passe la majeure partie de sa journée sur son siège, ce dernier se doit de lui permettre d’assurer les bonnes postures devant la direction. Pareil pour le véhicule, l’ergonomie est à méditer pour les commandes par exemple. Quant à l’organisation des tâches, elle doit faire preuve de bonne préparation et faire en sorte de respecter les bonnes pratiques sécuritaires au niveau de la machine, des champs, du chargement et des câbles téléphoniques ou électriques.

Moissonneuse sur la route : deux régimes de circulation
Comment choisir ses pneus agricoles ?